Question fréquemment posée : Qu'est-ce qu'un "film gay" de toute façon ?

Après avoir lu La liste LGBT de BFIRépondant à et de se heurter à certaines contradictions et hypothèses dans les conceptualisations des deux, je pense qu'il est temps de répondre à une question, au moins pour les besoins de ce blog, et au moins pour moi-même : qu'est-ce qu'un film gay ?

Si tu as lu ma propre liste de films gays importants, tu pourrais dire que le principe d'organisation implicite était de limiter la liste aux films qui traitent, dépeignent, analysent ou dramatisent principalement les expériences des hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes, ou qui veulent avoir des rapports sexuels avec des hommes, et qui vivent l'amour romantique avec des hommes - et non les lesbiennes, les femmes bisexuelles ou toutes les personnes transgenres.

Juste, surtout, le G et le B dans le LGBT.

Bien que ceux qui ont une identité bisexuelle puissent s'opposer à être inclus dans les critères de ma liste, et bien que je ne considère pas l'identité bisexuelle comme un sous-ensemble de l'identité gay, toujours pour les besoins de la liste, je considère l'activité masculine-bisexuelle, comme celle montrée dans Côté sauvagepar exemple, comme un critère d'inclusion valide, tout comme le seraient les expériences des hommes transgenres ayant des expériences ou des aspirations identiques.

Pourquoi seulement les expériences des hommes gays et bisexuels ?

J'ai fait cette distinction parce que je ne voulais pas gérer le bruit introduit par l'inclusion du L et du T. Les différences d'expérience, d'une culture à l'autre, entre les hommes qui aiment et baisent d'autres hommes, semblent suffisamment variées pour que l'évaluation des films à travers tout le spectre de l'alphabet dans toutes ces différentes cultures les dilue toutes et enterre le travail important.

Les lesbiennes méritent leurs propres listes.

Les personnes trans méritent leurs propres listes.

Dans l'intérêt de l'inclusion facile et de l'opportunité politique, nous avons refusé à nos expériences la profondeur et la richesse qui se trouvent déjà dans le cinéma mondial, si nous sommes prêts à nous défaire de certains préjugés, d'habitudes dépassées et, il faut bien le dire, du politiquement correct.

S'unir sous un même parapluie politique a un sens stratégique et moral, mais je ne vois pas comment des critères d'évaluation de l'art font de même. Ce mashup ne profite à personne. En tant que parti pris programmatique non examiné, j'aurais pensé que nous le réévaluerions comme une évidence. Mais qui le fait ? Nous avons sûrement atteint le point où séparer les listes ne peut qu'ajouter à notre compréhension, et non la limiter, comme le fait le statu quo actuellement, et comme le fait des listes comme celle du BFI clearly do.

Pourquoi les expériences et non la sensibilité ?

Trop vague, trop ésotérique, pas matérialiste, sont les réponses courtes. 

Ce qui m'intéresse, ce sont les représentations de l'amour et du sexe entre des hommes qui aiment et baisent des hommes. C'est simple, c'est gérable, ce n'est pas timide, et ça a l'avantage économique de ne pas essayer de traiter les représentations filmées d'expériences multitudinaires pour au moins 4 groupes d'identité différents, sans distinguer leurs éventuels modes uniques d'expression formelle et stylistique.

Inclure la "sensibilité gay" comme principe d'évaluation ne me semble pas être une très bonne critique. Se concentrer sur la sensibilité, plutôt que sur le vécu, peut être subversif dans le sens des années 80 - un votant du BFI a nommé Coup du lapin comme "Un remake gay intense du Septième Voile" - et cela nous a peut-être permis une fois de découvrir des "sous-textes gays" (et c'est toujours très amusant), mais cela permet aussi aux cinéphiles d'ignorer d'autres œuvres importantes réalisées par des créateurs en dehors des cercles cinéphiles typiques de l'establishment. (Il est grand temps de commencer à réfléchir à cela, et aux façons dont les modèles de marketing/distribution des festivals particuliers, avec l'aide de l'académie et de l'association de l'industrie du cinéma, peuvent contribuer à la création de films. Le New York Timesprivilégie certains cinémas nationaux et régionaux par rapport à d'autres). En 2016, en Occident, prétendre qu'il existe une sensibilité gay universellement reconnue, c'est se complaire dans la nostalgie et le souhait et non dans l'esprit critique.

Maintenant, quelques contre-exemples. Alors qu'il était autrefois à la mode de qualifier tous les films de John Waters de tellement gayil est plus juste, en utilisant l'indéfectiblement populaire auteurisme, de les décrire comme étant uniques en leur genre. John Waters. Cela devient clair après avoir regardé une poignée de films qui tentent d'imiter son style et sa sensibilité. Si quelqu'un s'en est approché, je ne l'ai pas vu, et j'ai moi-même participé à quelques films.

Pour plus de précisions, alors que l'estimable de Claire Denis Beau Travail est apparu plusieurs fois sur les listes de votants du BFI, mais pour moi l'homoérotisme n'est pas qualifié de gay. (Et les films de Claire Denis ont-ils besoin de plus d'exposition qu'ils n'en ont déjà ?) Si oui, alors Top Gun est gay, tout comme le sont les White Squall. C'est vrai. Le film de Murnau Tabú me frappe comme étant manifestement conçu et tourné par un homme gay, mais je ne le répertorierais pas, sauf comme un chef-d'œuvre.

Pourquoi se concentrer uniquement sur le sexe ?

As-tu remarqué le nom du blog ? Non, mais sérieusement, bien que j'ai toujours un intérêt sociologique et voyeuriste pour les ce que les gens font réellement, comme mon héros Alfred Kinsey, et j'ai l'impression que nous ne pourrons jamais épuiser ce processus de découverte, et même si je pense aussi que le cinéma est un support fécond pour l'imagination sexuelle, érotique et romantique, ce n'est pas uniquement sur le sexe que je me concentre, c'est sur le corps, et les effets du corps masculin sur d'autres corps masculins ; et donc sur l'affection, le plaisir, le désir et la romance aussi. Pour moi, cet accent est toujours central, toujours essentiel et toujours radical, quelque chose qui El Tercero me rappelle à chaque fois que je le regarde.

Pour répéter et résumer, quand je parle de films gays, je veux dire : Les films qui traitent, dépeignent, analysent ou dramatisent principalement les expériences des hommes qui ont, ou veulent avoir, des relations sexuelles avec des hommes. Les films avec des personnages gays secondaires ou des expériences gays tangentielles (comme Y Tú Mamá También) ou des films dans lesquels la sexualité des personnages semble plus ou moins accessoire (comme Argent brûlé) ne font pas partie de ma définition, même si elles peuvent être intéressantes, précieuses et méritent d'être écrites.

Mon prochain post sera une réponse directe à l'initiative 30 Best de BFIsous la forme d'une liste alternative.

5 2 votes
Classement des postes
Subscribe
Avise de
invité
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus voté
Feedback en ligne
Voir tous les commentaires
wildwildwest
9 avril 2016 5:20 AM

Superbe article ; je suis ravie que tu écrives et publies toujours. J'adorerais avoir de tes nouvelles.
Tim Smith

trackback
11 janvier 2020 7:06 AM

[...] de mes films LGBTQ+ préférés des années 2010 (ce que je ne ferais jamais sur ce blog de toute façon pour des raisons expliquées ici), j'ai pensé qu'il serait plus amusant de lister les films de la dernière décennie avec le sexe entre hommes le plus chaud. [...]

Jorge g
Jorge g
29 décembre 2021 19:00

J'adore la mise en scène et la façon dont le film a été tourné, ça m'a touché.

5
0
Qu'en penses-tu ?x
fr_FRFrançais