Critiques merdiques sur Letterboxd : Dear Evan Hansen par Esther Rosenfield

J'ai aimé le travail de Ben Platt dans Le politicien sur Netflix, donc au départ, j'étais intéressée par le fait de regarder Dear Evan Hansenbasé sur une comédie musicale de Broadway du même nom. Je n'en avais jamais entendu parler auparavant.

Voici un synopsis de Google :

Evan Hansen est un lycéen anxieux et isolé qui a soif de compréhension et d'appartenance au milieu du chaos et de la cruauté de l'ère des médias sociaux. Il se lance bientôt dans un voyage de découverte de soi lorsqu'une lettre qu'il a écrite pour un exercice d'écriture tombe entre les mains d'un couple en deuil dont le fils s'est suicidé.

Puis j'ai lu le Critiques de Letterboxd et j'ai changé d'avis. Ils étaient presque universellement, presque viscéralement négatifs :

"De façon sincère et irrémédiable [sic]. affreux.”

"Aujourd'hui était censé être un jour incroyable et voici pourquoi : c'est mon anniversaire. Il s'avère que ce n'était pas une journée extraordinaire après tout, car je t'ai vue. Et tu me donnes envie de me tuer le jour de mon anniversaire."

"Putain répréhensible. Il gagnera 10 Golden Globes"

Dans un langage comparativement moins hargneux mais non moins désapprobateur. revueTaylor Baker écrit : "Le film n'arrive pas à décoller de façon fondamentale [sic]. Il est dépourvu d'intention, de spécificité, d'empathie, de nuance et d'originalité."

Bien sûr, une série d'adjectifs ne constitue pas un argument, sauf sur Letterboxd, et je n'ai aucune idée de ce que signifie "décoller de manière fondamentale". Si Baker le sait, il ne le révèle pas dans cette critique.

(Néanmoins, je pourrais réfuter sans grand effort chacun de ces descripteurs, même si je n'aime pas beaucoup le film moi-même. Pour le un et le trois, l'intention du film est fondamentalement de susciter l'empathie du public pour le personnage principal. Ce n'est pas le cas avec ce public. En fait, la tentative d'induire de l'empathie en soi semble être ce qui dérange tant la foule).

Pourtant, après tout cela, je n'étais pas préparée à l'opprobre sans filtre déversé sur, non pas principalement le film, mais sur Ben Platt lui-même, craché sans arrêt dans un critique très populaire d'Esther Rosenfeld.

Les attaques sur l'apparence de Ben Platt - spécifiquement mais pas exclusivement axées sur le fait qu'il a l'air trop vieux pour le rôle - constituent la majeure partie de ce que nous pourrions considérer à tort à la première lecture comme une sorte d'argument, c'est-à-dire jusqu'à ce que nous réalisions à quel point ses objections sont personnelles :

"Le visage bouffi et pâteux de Ben Platt".

"Une hanche exagérée, des mains hystériquement crispées et des prothèses lisses comme du latex".

"ressemble à un flic sous couverture"

"platt est terrible ici"

"Le visage horrible de ben platt"

"un défilé de masques de mort, un montage sans fin de grotesquerie".

Rosenfeld fait également référence au fait que le père de Platt a produit le film et que, à Broadway, l'un des acteurs de la série qui a joué le personnage principal était le père de Platt. petit ami actuel (c'est elle qui souligne). Ces deux points me semblent être de curieux non-séquitudes, même dans le contexte dans lequel elle essaie de prendre sa position sophistiquée : que le casting de Platt était népotique et égocentrique. Est-ce inhabituel ? Nous parlons ici de comportements typiques et tout à fait banals dans les milieux de Broadway et d'Hollywood, n'est-ce pas ? OK, je vérifie juste.

Il est facile de déterminer ce qui contrarie Rosenfield au point que tant de personnes sur Letterboxd s'identifient à sa colère et la récompensent avec autant de capital social - 8 058 likes au moment où nous écrivons ces lignes - et cela peut se résumer ainsi : Le pardon n'est pas autorisé ; l'empathie pour les personnes détraquées n'est pas autorisée.

Mais c'est pire que ça. Rosenfield ne veut même pas que nous décidions par nous-mêmes :

Selon elle, Dear Evan Hansen est "une comédie musicale dont chaque numéro semble tout droit sorti d'un service de culte pour adolescents à notre dame de la toilette perpétuelle, une histoire qui... ne pourrait être appréciée que par des tueurs en série en herbe. ne prends pas cette critique pour une approbation, ne te trompe pas en pensant que ce film doit être vu pour être cru. tout ce que tu dois vraiment regarder est une seule image de l'horrible visage de Ben Platt pour avoir une expérience complète..."

 

Lis un peu écriture risquée.

 

Ce genre de "raisonnement" intelligent et malin n'est en aucun cas inhabituel pour Letterboxd, où le raisonnement n'est pas souvent récompensé. Au lieu de cela, sa tirade est en partie une condamnation de l'apostasie, avec Rosenfield & co. en tant que surveillants, et en partie une attaque personnelle cryptiquement homophobe, lookiste et âgiste. Le fait qu'elle existe est déjà assez mauvais, mais c'est tout à fait normal de nos jours. Ce qui est déprimant, c'est l'acclamation et le manque de réaction, en particulier de la part de générations de jeunes qui se vantent toujours de leur wokeness, mais jamais de leur tempérance ou de leur jugement.

En résumé, c'est une critique méchante sans appel et l'une des critiques les plus merdiques sur Letterboxd que j'ai lues depuis un moment. J'aurais honte d'y associer mon nom.


Les différences de point de vue sur ce film ne sont peut-être pas simplement idéologiques et dispositionnelles, ce à quoi elles ressemblent à l'extrême à mes oreilles. Les opinions de deux de mes amis masculins gays plus âgés, dont l'un est spécialiste des études cinématographiques, ont toutes deux aimé le film et m'ont fait penser qu'il se passait autre chose.

Un est d'accord avec moi sur la haine quasi-universelle du film :

Je suis perdue. Il doit y avoir un truc générationnel qui se passe ici. Là où les autres voient un antihéros menteur et sociopathe, je vois un adolescent torturé avec des parents absents et négligents qui méritaient mon empathie.

L'autre fait ces observations :

Les chansons, qui sont une série interminable de monologues intérieurs et de soliloques, forgent des tunnels invisibles dans les couloirs d'écoles animées, les quartiers et à l'intérieur des maisons. Le film parvient à critiquer les iniquités ainsi qu'à célébrer les vertus des médias sociaux, qui sont devenus à la fois une némésis et un générateur de célébrité instantanée. Il aborde ainsi la solitude, l'isolement et la douleur de l'adolescent marginal, et à ce stade, il n'a pas de rivaux.

Quant à Platt qui n'a pas l'air d'avoir le bon âge pour le rôle, dans certains cas, il avait l'air, sinon plus âgé, du moins usé, fatigué et accablé. Dans ces cas-là, son apparence fonctionnait avec l'intention générale. Mais souvent, il avait l'air d'un lycéen, du moins pour moi. Mais au final, je ne pense pas que cela ait de l'importance, sauf si tu cherches des positions subjectives inattaquables à partir desquelles fulminer.

 

Lis un peu écriture risquée.

 

5 1 vote
Classement des postes
Subscribe
Avise de
invité
0 Commentaires
Feedback en ligne
Voir tous les commentaires
0
Qu'en penses-tu ?x
fr_FRFrançais