Essayez-les : sexe gayromanceescrocs

Godzilla : Mieux que les humains

Started on Boîte aux lettresd.

I don’t watch blockbusters like these too closely, just in a corner of my screen ? all the exposition and time spent just getting from place to place really bore me, as does wanton destruction ? but there are moments of beauty in Gareth Edwards’ monster movie that made me punch full-screen. There’s formal beauty even ? as the camera dollies across an airport terminal with human panic in the foreground, monsters stride in the background; as Godzilla tombe lentement sous un immeuble de la taille du WTC, les yeux blessés sur son homologue guerrier humain devant lui, et un nuage de poussière s'envole autour de sa tête et l'avale, la caméra fait un travelling avant ; tandis que des parachutistes aux jambes écartées traînant des panaches écarlates tombent en chute libre sur Tokyo, nous voyons les séquences sous plusieurs angles et perspectives différents, et la bande-son se tait. C'est une séquence qui dure bien plus longtemps qu'il ne le faut pour la cohérence narrative, mais exactement comme il faut pour l'impact poétique. Il y a un certain nombre de plans dans lesquels le premier plan et l'arrière-plan se disputent l'attention, deux actions et cadres différents se déroulant simultanément, contrastant généralement le monde des humains avec les champs de bataille des monstres.

Oui, j'ai aussi adoré ces moments, et Edwards dirige ses monstres comme étant beaucoup plus humains que ses humains, qui passent la plupart de leur temps à regarder le ciel avec admiration et/ou à courir. Ce n'est pas parce qu'il est soudainement devenu un adepte de Miyakazi, mais parce que les humains comptent rarement dans des superproductions CGI comme celles-ci de toute façon, et que les enjeux sont purement monstrueux. Il s'agit donc d'un pas en avant par rapport à son film de science-fiction indie centré sur les relations. Monstres. Godzilla doesn’t suggest humanism, or animism. It’s just plain old cynicism, not to mention theism. But that’s why Edwards is getting the big bucks now.

J'avais l'intention de donner 3 étoiles parce que les séquences mentionnées sont vraiment bonnes, et que les scènes de combat entre les monstres transmettent un peu du pathos que j'éprouvais en regardant les originaux doublés quand j'étais enfant (que j'ai vécu comme troublant et érotique) ; mais David Erlich’s absurd 4.5 star review on Letterboxd ticked me off so much, I took it down a half-star.

0 0 votes
Classement des postes
S'abonner à
Notifier les
invité
0 Commentaires
Rétroaction en ligne
Voir tous les commentaires
0
Qu'en penses-tu ?x

Vous voulez plus de films gays ?

Fermer

Il y a des SOLDES ! DESTOCKAGE ! SOLDES ! en cours.

FR