Réponses aux films : Quelques pensées dissidentes sur Parasite, Joker et le Gantelet d'Infinité

Dernière mise à jour le juillet 26th, 2020 à 10:12 pm

Note: I can’t call this my most coherent film response. It’s more a jumble of rants. I had intended on rewatching Parasite et d'analyser des séquences spécifiques en détail, mais je n'avais pas le cœur à cela. Je n'aime vraiment pas ce film et je me méfierai toujours profondément de ce niveau de consensus, surtout quand il semble motivé par l'idéologie. J'ai particulièrement détesté la torture qui se produit lorsqu'une pauvre famille en trahit une autre. Les Kim doivent maintenir des positions de stress pendant que la gouvernante trahie préside la procédure, en imitant magistralement les déclarations du dictateur nord-coréen Kim Jong-un. Des trucs méchants.

Parasite
Réalisé par Bong Joon Ho
132 min, Corée du Sud, 2019

👀 Télécharger milliers de films sur le thème des gays 🏳️‍🌈 🍿 pour seulement $20 USD par an. Faites un don ici. 🔗

Joker
Réalisé par Todd Phillips
122 min, USA, 2019

Assis à la terrasse d'un Starbucks près de l'hôtel. ZócaloDevant moi, un enfant a fléchi ses doigts géants et rétroéclairés en silhouette et m'a fait faire deux tours. Quelques instants de confusion plus tard, j'ai réalisé qu'il portait une réplique en plastique de la Gantelet d'Infinité, Marvel?s fictional WMDpeut-être le tout premier pour les enfants de moins de 10 ans. Dans le cas de la solution finale d'Iron Man, il est plus juste d'appeler le gantelet une WMG, ou arme de génocide de masse. Voici mes pensées on Tony Stark?s moral choices.

The sight of that kid?s très cher Le jouet m'a fait sursauter, une fois que sa signification hors contexte s'est installée - il représente non seulement la normalisation, l'infantilisation des symboles de la violence et de la destruction militaires, mais aussi l'incarnation de l'idée du jeu à somme nulle comme le symbole de notre époque. paradigme dominant décadent. Ce n'est plus seulement pour les Présidents narcissiques : ça vend des billets ; c'est un jouet.

D'autres idées tout aussi décadentes, bien que moins cohérentes, vendent des billets de nos jours et font également gagner à leurs réalisateurs, non seulement de la vénération, de l'affection et des acclamations, mais aussi des Oscars.

Gagnant du meilleur film Parasite postule que tout ce que les pauvres veulent, c'est une bonne connexion wifi et profiter des riches stupides. Et aussi, qu'ils s'entretueront - trahissant leur propre classe - pour y parvenir.

En effet, les scènes qui mettent le plus en scène ces impulsions régressives et autodestructrices sont celles qui sont le plus souvent citées en tant que the film?s greatest formal et, apparemment du point de vue de quelqu'un, des réalisations morales.

Mais j'ai abordé ce film sous toutes sortes d'angles, je l'ai regardé deux fois, je me suis repassé des scènes clés trois ou quatre fois, et je n'arrive pas à comprendre ce qui fait croire que ce film véhicule des messages progressistes ou offre un regard matérialiste sur le conflit des classes. Même Krystal et Saagar believe the hype. I don’t think it’s any great achievement in terms of filmmaking, either.

Le conflit central dans Parasite is intraclass and as such it’s not an analysis or revelation of truth. No, it?s a cynical, elitist fantasy. Look: there?s no way you can look at the poor characters in this film and conclude, yup, that looks like me. Because it?s not you. This film?s target demographic is art-house elites. They?re not rich like the rich folks in Parasite but they sure as hell aren?t poor. It must be quite comforting to assure yourself that there?s nothing we can do about the ?plight of the poor? because, after all, they?re killing each other. And they?re thieves. And can?t be trusted. And on.

Les gens qui avalent Parasite sont du même genre que ceux qui croient que Nancy Pelosi a les intérêts de la classe ouvrière à cœur et que Joe Biden va vraiment se révéler être un nouveau FDR - des gens dont la vie ne changera pas fondamentalement, peu importe qui gagne telle ou telle élection, ou si le salaire minimum atteint $15 ou non. Cette idéologie seule, associée à un récit qui prétend exposer le conflit de classe, et tu as une considération garantie pour les Oscars.

Les riches baiseurs de ce film existent pour ériger un site de conflit entre les deux ersatz de familles de la classe ouvrière dans cette maison artistique, si l'on peut appeler une telle structure une maison de la manière dont la plupart des humains sur cette planète la vivent.

L'appartement de la famille Kim ressemble davantage à une maison réelle qu'une majorité d'humains pourrait reconnaître, même si on nous demande de croire que ces escrocs sophistiqués ne se soucient guère de l'intimité. Leurs toilettes sont posées sur un rebord à côté d'une fenêtre qui donne sur une ruelle où les ivrognes pissent. Ou du moins un ivrogne.

Ils n'ont pas pris la peine de créer une sorte d'écran d'intimité dans n'importe quelle direction, probablement parce que cela aurait rendu plus difficile le tournage de l'explosion de merde qui est au centre de l'un des plus gros gags physiques du film et de celui qui suscite souvent le plus grand rire.

Des pauvres gens qui se noient dans leur propre merde. Qu'est-ce qui n'est pas drôle là-dedans ?

Pourquoi la jeune femme utilise-t-elle ses mains nues pour essayer d'empêcher la fontaine de merde d'arroser la pièce ? Aucun personnage sensé ne ferait une telle chose, n'est-ce pas ? Eh bien, aucun personnage, sauf un personnage écrit dans un film qui est censé dépeindre la classe ouvrière d'une manière particulière et susciter des rires du public non ouvrier sur la façon dont vivent ces drôles de pauvres gens pas si admirables que ça. C'est absurde mais ça colle et c'est drôle. Pour quelqu'un. Pour des raisons.

Je me plains souvent, du moins à moi-même, que les voix et les perspectives des personnes pauvres et de la classe ouvrière ne peuvent pas être entendues ou perçues dans le cinéma mondial actuel, sauf via une poignée de réalisateurs. Je pense à Pedro Costa and?well, I?ll have to think about that a little longer.

Quant aux critiques qui s'intéressent aux perspectives des personnes pauvres et de la classe ouvrière ou qui sont même qualifiés pour les prendre en compte ? Tu m'as eu là.

Comment un critique de la classe ouvrière écrirait-il sur des films comme Parasite?

À quoi ressemblerait un cinéma de classe ouvrière ? Ressentirait ? Tout ce dont je suis sûr, c'est qu'il ne ressemblerait pas et ne se sentirait pas comme Parasite.

Ou Joker.

Les points de vue représentés dans Parasite and Joker ne sont pas ceux d'autres pauvres ou même d'autres riches, tels que représentés par les cyphres milque-toast qui vivent dans la grande et jolie maison. Non, il s'agit d'une autre strate d'élites qui peuvent objectiver les deux familles depuis des positions tout aussi privilégiées et autosatisfaites de pouvoir rhétorique et culturel, dont l'image représentative la plus puissante et la plus décevante est le jury de Venise dirigé par Lucrecia Martel, qui a donné le Golden Lion to Todd Phillips? Joker. Martel a marmonné quelques shibboleths peu convaincants sur les anti-héros de la défense ; Jonathan Rosenbaum semble pour soutenir ces louanges, au moins tacitement. Dans sa critique Letterboxdil affirme que Joker maintains ?a meditative distance from its ugly themes.? Meditation? It felt more like a mind-rape to me. That?s about as hollow a claim as Arthur Fleck: I’m not political. If that’s meditation, I’ll stick with inebriation, thanks.

But more importantly, he seems to misunderstand the basics of what?s wrong with this film?s attempt to speak for Trumpers, if that’s indeed what it’s doing. From my perspective, the explanation for the Joker?s amorality has little to do with gun violence and everything to do with a failure to imagine the opposition, like all liberal failures these days.

I can?t and won?t go into any more detail about my objections and disgust at this film, other than to point out that my love for Scorsese?s Roi de la comédieque Phillips cite longuement de manière réductrice, m'a fait reculer devant chaque mouvement de ce film.

Enfin, je n'arrive pas à imaginer que je puisse critiquer le Joker mieux que ce poste par M. C. Myers sur Bright Lights Film Journal.

Citation clé :

J'ai entendu beaucoup de gens défendre ce film avec le ton d'une réfutation d'une conversation qui n'a pas encore eu lieu, affirmant que quiconque pense que le récit de Fleck contient de la sympathie n'a tout simplement pas compris que le protagoniste est un méchant et qu'on ne peut pas lui faire confiance. Mais je pense que c'est peut-être mieux de l'entendre de la bouche de ma mère, qui dit tout droit, comme si l'histoire d'Arthur Fleck était un documentaire. Après la fin du film, elle s'est tournée vers moi et a dit : "Peut-être que Batman a été un peu dur avec lui, hein".

M.C. Myers, Bright Lights Film Journal

Résumé de la conclusion :

  1. Parasite and Joker sont des films pop-art réalisés par les élites pour flatter les élites et pour objectiver et rejeter les sentiments et soulèvements populistes. Ce n'est pas tout ce qu'ils font, mais il est impossible de comprendre leur impact et leur importance imputée sans reconnaître ces objectifs et ces allégeances.

  2. Il n'y a rien de gauchiste, de progressiste ou, à Dieu ne plaise, de radical ou de marxiste, à propos de Parasite ou Joker pas du tout. Au contraire, ce sont des réactions superficielles et stupides au populisme.

Recherche complémentaire

Le Gaslighting de Parasite, Alex Tabarrok, Marginal Revolution

Écrit avec StackEdit.

5 1 vote
Classement des postes
S'abonner à
Notifier les
invité
0 Commentaires
Rétroaction en ligne
Voir tous les commentaires
0
Qu'en penses-tu ?x

Le streaming est désactivé jusqu'au 20 juillet.

Fermer
FR