note de film : Honte

J'avais supposé que réalisateur Steve McQueen était gay ? Je l'avais vu dans le Colbert Report et je l'avais trouvé plutôt, euh, royal ? alors j'avais espéré qu'un film sur la dépendance au sexe, qui n'est plus à la mode, réalisé par un Noir gay, pourrait au moins être intelligent et drôle. Ce film n'est ni l'un ni l'autre, à moins que tu ne lises à contre-courant, et je suppose que tu peux le faire ? ces longs plans de gens qui baisent en levrette dans leur fenêtre sont plutôt drôles ?

👀 Download milliers of gay-themed 🏳️‍🌈 movies 🍿 for as little as $20 USD per year. Faites un don ici. 🔗

Extrait du film Shame

? tout comme l'effondrement émotionnel pathétique du personnage principal Brandon sous la pluie au bout d'une jetée ?

Extrait du film Shame

? ou si tu penses que McQueen est en train de réaliser une série de Brechtien des blagues à la Kubrick. (L'ironie est la seule façon plausible de prendre tout ce que ce film présente). D'un point de vue stylistique, il y a quelques similitudes avec Les yeux grands fermés. Mais la preuve de cette dernière n'est pas très convaincante, pour moi en tout cas, et je suppose que cela signifie qu'elle n'est pas bien exécutée, comme c'est le cas dans... Michael Schleinzer's Michael.

Au lieu de cela, nous avons droit à une "dépendance au sexe" (je ne suis toujours pas convaincu qu'il s'agisse d'une chose réelle) comme une sorte de maladie supranormale et non contextualisée de l'âme. Une fois que j'ai vu ça, je me suis dit qu'il allait enfin coucher avec un homme, parce que c'est généralement le niveau le plus bas qu'un hétérosexuel puisse atteindre dans ce genre de films. Et c'est ce qu'il a fait ! Mais j'avais tort en partie ? le plus bas qu'il pouvait atteindre, c'était d'avoir un plan à trois avec deux fausses lesbiennes et de se regarder dans le miroir en faisant des grimaces.

Michael Fassbender fait la tête dans le film Shame

Shame (qui aurait dû s'appeler Shaming ? ou Crying Shame ?) est plein d'idées très prévisibles, parfaitement hétérosexuelles et parfaitement stupides sur le sexe. Je pense que sa réussite singulière est de réussir à transmettre si peu d'engagement envers la culpabilité que son personnage principal est censé ressentir ou supposé ressentir. Je n'ai aucune idée de ce que McQueen voulait faire ressentir au public. C'est ce qu'on entend par froid, je suppose, ou ce que tant de critiques crédules appellent un "film d'art". C'est impeccablement filmé, cependant, et Fassbender est aussi bon qu'il peut l'être. Et aussi pendu.

Mais vraiment, whoop dee doo.

5 1 vote
Classement des postes
S'abonner à
Notifier les
invité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Rétroaction en ligne
Voir tous les commentaires
0
Qu'en penses-tu ?x

Le streaming est désactivé jusqu'au 20 juin.

Fermer
FR