Essayez-les : sexe gayromanceescrocs

réponse du film : Chronique

J'ai regardé Chronicle quatre fois maintenant, chaque fois avec une réaction quelque peu différente. Chaque fois, j'ai approfondi ma compréhension du film - en tant que film de super-héros et en tant que film d'art, et la façon dont il réussit à être les deux à la fois. Mais c'est peut-être l'affection que je lui porte qui m'a le plus impressionné, et cette affection n'a pas tant à voir avec les super-héros ou l'art, en soi, qu'avec le caractère et les personnages.

Un article très intéressant sur Rhizome intitulé Cinématographie diégétique m'a incité à le rechercher. (J'avais auparavant ignoré Chronicle en parcourant mes sites pirates habituels à la recherche de quelque chose à télécharger. Le nom était vague et le synopsis promettait quelque chose comme Heroes, la série télévisée, rencontre Cloverfield, ce qui ne m'a pas semblé prometteur - des héros odieux et exagérés inspirés des comics avec beaucoup de mutants sincères mais sans véritable récompense, combinés à un film de monstres impressionnant sur le plan technique mais maigre sur le plan thématique et sans aucun véritable humain.

In that article on Rhizome, Critic John Powers does a good job explaining what diegetic cinematography is ? in fact he coins the word — so I won?t repeat his longer explanations here. The Blair Witch Project; Apollo 13; The Paranormal Activity franchise; Cloverfield; the television show, The River. Those are all examples of film or video work that employs diegetic cinematography. In short, either a person with the camera is also a character in the film?s narrative or any other POV can be explained as being from the viewpoint of a ?real? camera within that fictional narrative space, as well.  In fandom and the industry it’s been dubbed “found footage” movies.  I don’t like that much since this Hollywood product has nothing do with a found-footage experimental filmmaker like Bruce Connorpar exemple.

Quoi qu'il en soit, vous pouvez immédiatement saisir les possibilités philosophiques provocantes d'une telle configuration. Vous pouvez les saisir, mais aucun des films susmentionnés n'explore ces possibilités. Ces films se donnent également beaucoup de mal pour maintenir cette aura d'"authenticité" et d'immédiateté et terminent généralement le film lui-même par une sorte d'explication sur la façon dont les "images que vous allez voir" ont été découvertes plus tard et réassemblées par des personnes anonymes. Souvent, le produit final est censé avoir été diffusé dans le cadre d'un reportage.

Chronicle cherche autre chose, comme l'indiquent les premières minutes.

Before I begin talking about the movie, here?s a very short synopsis:

Trois lycéens, dont deux cousins et l'un d'eux armé d'une caméra vidéo, trouvent sous terre un objet probablement extraterrestre. Là, un événement mystérieux se produit et leur confère des super-pouvoirs, en particulier la télékinésie - la capacité de déplacer des objets par la seule force de la volonté. Ils commencent à explorer ces pouvoirs et l'un d'entre eux change à jamais grâce à cela.

Chronicle begins with a black frame with sound: We hear footsteps, the sound of a zipper and then a pounding.  A boy?s voice asks, ?What do you want?? An older male voice answers, ?Why is this door locked, Andrew?? He pounds again. This all happens over black. ?I?m getting ready for school,? Andrew replies. Then, click, Andrew turns on the camera.

It’s a diegetic moment preceded by several seconds of…what? Diegetic sound over non-diegetic visuals? Sound outside of time?  There’s no indication that Andrew has taken off the lens cap, for example, to start the movie, a shot which we do see a little later in the film. The movie begins before the record button is pressed, which if that isn’t a clue to the film’s ambitions, I don’t what is.

An easy interpretation for these first few seconds of black is: Nothing is real unless it’s recorded and shared.

Chronique-imfilmage

In this opening shot, Andrew declares, that ?I?m filming everything now,? as a defense against his abusive father who?s the one pounding while drunk at the door. The audience can see the camera now, but is also behind the camera. In diegetic cinema, the camera’s viewpoint always has a real-world origin, there?s always someone or some thing behind it.

Mais dans Chronicle, chaque plan a une agence. Chaque plan est un point de vue humain, direct ou implicite.

Ce point de vue inclut implicitement le public, comme le montre ce plan. Au fur et à mesure que le film avance, Andrew commence à s'identifier à la caméra - il la pointe constamment vers les miroirs et donc vers lui-même et nous - et l'utilise comme un outil de découverte et d'estime de soi. Son cousin Matt s'adresse à la caméra à un moment donné, enregistrant un message pour Andrew qui le rassure en lui disant que "les choses vont s'améliorer pour toi à partir de maintenant". Il ne lui dit pas cela en personne. À la fin du film, Andrew est devenu la caméra. En fait, c'est tout ce qui reste de lui. Mais le public s'est-il éclipsé ? Je pense que cela dépend de chaque spectateur. Une autre indication que Chronicle cherche à aller au-delà de ce que ce genre de film offre habituellement.

Finalement, Andrew n'a plus besoin de tenir la caméra pour maintenir le point de vue. Ses pouvoirs télékinésiques lui permettent de la manipuler à distance - en flottant, en glissant, en observant depuis le ciel, en dérivant dans de lents balayages et panoramiques. C'est la mise à jour la plus intelligente de Chronicle par rapport à la cinématographie diégétique des autres films que j'ai mentionnés. C'est aussi l'occasion d'un beau travail de caméra. C'est aussi le moment où seulement Andrew tient la caméra. Auparavant, les deux autres garçons la tenaient occasionnellement, mais dès qu'Andrew peut la manipuler par la pensée, ses deux amis n'y ont plus accès. Le point de vue est désormais un mélange entre la vue de Dieu du cinéma diégétique traditionnel et la subjectivité du personnage principal, Andrew.

Ces clichés dépeignent une personnalité qui n'a jamais fait l'objet d'une telle attention, puisqu'elle regarde avec joie, voire avec envie, la caméra qui dérive au-dessus de sa tête.

andrew-camera-hand

Cette fusion des points de vue souligne son narcissisme et symbolise puissamment l'objectivation par Andrew de tout et de tous ceux qui l'entourent, alors qu'il finit par agir en fonction des mauvais traitements que lui inflige son père et des brimades qu'il subit à l'école.

Mais avant cela, le film montre l'amitié qui se développe entre les trois garçons dotés de super-pouvoirs, alors qu'ils s'attachent à ce qu'ils partagent et à ce qu'ils peuvent faire ensemble, ce que personne d'autre ne peut faire. Je ne sais pas quelle est la part d'improvisation dans les dialogues, si tant est qu'il y en ait eu, mais la plupart d'entre eux sont très drôles et semblent spontanés et authentiques, évitant le surjeu criard et forcé typique de ce genre de film. Ils sonnent comme des garçons de leur époque et, surtout, ils sonnent et agissent vraiment comme des boys — jouant des tours à des étrangers avec leurs pouvoirs, jouant au catch football dans le ciel, criant "Je peux voler ! I CAN FLY !" dans la caméra et en évitant de manière convaincante les dictats moraux des bandes dessinées qui guident les récits des films Marvel.

Un grand pouvoir implique-t-il de grandes responsabilités ? Non. Avec le pouvoir vient la possibilité de s'amuser, de perdre sa virginité, de gagner des concours de talents et de devenir populaire. Il me semble que c'est ce que feraient de vrais lycéens avec des super-pouvoirs, et c'est cette attitude et ces personnages qui font que j'aime beaucoup le film en général, dont le fer de lance est constitué par deux très bonnes performances de Alex Russell comme Matt et Michael B. Jordan as Steve. The latter, particularly, creates a richly detailed, effortless, always-on performance of a smart. ambitious jock ? running for student council president, wants to be President ? who also happens to be a really good guy.

Bien que Matt et Andrew soient cousins, les scènes d'Andrew avec Steve sont les plus intimes, pleines de confessions et d'offres de soutien. Il est clair qu'Andrew n'a jamais connu une telle amitié. Malheureusement et tragiquement, cela s'avère insuffisant et trop tard, parce qu'une enfance d'abus - décrite de façon déchirante dans quelques scènes avec son père - et à cause de ses propres failles personnelles, tout cela transforme Andrew en le monstre que nous attendions. L'une des forces de Chronicle est de nous permettre d'être ambivalents face à cela.

Les scènes de destruction chaotiques qui clôturent le film font éclater le POV en de multiples points de vue, reflétant la perte de contrôle d'Andrew. Un film de science-fiction boiteux et littéral aurait pu montrer la conscience d'Andrew envahissant le réseau de caméras qui enregistre ces scènes. Mais Chronicle, un film d'art et non de science-fiction, suggère qu'Andrew est déjà là, comme nous le sommes tous, unis dans nos attentions divisées, faisant de la douleur d'autrui un spectacle viral.

Dans une scène astucieuse dans le ciel près de la Space Needle de Seattle, Andrew, ensanglanté et meurtri, la tête ailleurs et refusant les supplications de son cousin flottant à proximité, brise les fenêtres de la Needle et rassemble autour de lui tous les ordinateurs portables, appareils photo, iPads et téléphones mobiles des personnes à l'intérieur. Ils tourbillonnent autour de lui dans un nuage de technologie d'enregistrement. Ils sont tous à lui. Il contrôle la diffusion. Ou du moins, il essaie.

andrew-spaceneedle

Si Andrew est la caméra, le symbole quelque peu pathétique du moi médiatisé, qui a monté le film final ?

Nous l'avons fait, puis nous l'avons téléchargé sur YouTube.

0 0 votes
Classement des postes
S'abonner à
Notifier les
invité
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus voté
Rétroaction en ligne
Voir tous les commentaires
3
0
Qu'en penses-tu ?x

Vous voulez plus de films gays ?

Fermer

Il y a des SOLDES ! DESTOCKAGE ! SOLDES ! en cours.

FR