Depuis les archives : Récapitulatif des Oscars 2007

J'ai lentement rattrapé mon retard en matière de films américains - merci aux pirates et à Rapidshare - et voici quelques-unes de mes impressions sur certains des nominés aux Oscars de cette année.

*** Juno
Les 30 premières minutes de cette comédie/drame vive m'ont ennuyée avec son argot inepte et sa livraison forcée, mais une fois que l'intrigue a été mise en place et qu'elle a avancé, j'ai été charmée. L'actrice principale Ellen Page est très bien, bien que le gamin qui joue le fécondateur m'ait plus impressionné par sa subtilité, et même par sa féminité. Mais vraiment, Meilleure actrice et Meilleur film ? WTF ? Je ne le vois tout simplement pas.

*** Il y aura du sang
Daniel Day Lewis, dans le rôle de Daniel Plainview, surpasse tout le monde dans cette étude de caractère largement déplaisante, et ce n'est pas vraiment une bonne chose. Surtout dans l'avant-dernière scène du film, où son style hambourgeois et ses côtelettes bien réelles éclipsent celles de Paul Dano, qui joue à peine Eli Sunday, le prédicateur fondamentaliste ambitieux et fourbe. Bien que le film réalise la prophétie de son titre dans cette scène, elle m'a surtout fait l'effet d'un camp, en partie à cause de l'excès de jeu, mais aussi parce que le réalisateur et scénariste Paul Thomas Anderson ne l'a pas vraiment bien mise en place. Si j'étais censée sentir le film se précipiter vers ce meurtre, je crois que je l'ai manqué. Il n'a pas eu de véritable pouvoir.

Pour moi, le film a surtout réussi à évoquer l'époque et le lieu, notamment grâce à la cinématographie magistrale de Robert Elswit, dont la caméra se déplaçait dans et à travers des décors brutaux bien plus grands que les acteurs humains. Les paysages exprimaient bien plus clairement les thèmes de ce film que le scénario, pour lequel j'ai été tenté d'ajouter une autre demi-étoile.

*** No Country for Old Men
Le film des frères Coen le moins misanthrope que j'ai vu, c'est aussi, pour moi, le plus facile à regarder. Une scène délicieusement filmée après l'autre glisse dans la suivante, et je me suis laissée porter principalement par cette habileté. La première fois, j'étais tellement hypnotisée par le rythme et l'apparence du film que je n'ai pas vraiment réfléchi au caractère simpliste de l'Anton Chigurh de Javier Bardem. Ironiquement, les Coen misent sur le fait que nous donnions à Chigurh le statut de puissante métaphore - pour la mort rusée, pour l'incapacité du vieillissement - et donc sur le fait que nous ne réfléchissions pas trop à ce que le personnage pourrait signifier d'autre, ni à sa crédibilité, ni à la raison pour laquelle, en effet, la violence et le meurtre devraient être le meilleur moyen de faire ressortir ces thèmes. Je l'ai acheté lors du premier visionnage. Lors de mon deuxième visionnage, cependant, je me suis surprise à rire, à voix haute, pendant de nombreuses scènes de Chigurh. Elles avaient presque l'air d'un camp, en particulier l'expression d'œil de bogue sur son visage lorsqu'il tue sa première victime policière avec des menottes. Le personnage de Tommy Lee Jones, le shérif Ed, nous donne la permission de rire à un moment donné, mais je ne pense pas que ce que j'ai ressenti était ce à quoi il voulait en venir.

L'une des raisons pour lesquelles je ne pense pas que Bardem mérite un Oscar pour sa performance bizarre et unique est que je ne pense pas qu'un "personnage" aussi flagrant et évident que Chigurh mérite d'être reconnu. Quoi que tu puisses penser de lui, la plupart des gens admettraient sûrement qu'il n'est qu'un dispositif, et pas grand-chose d'autre. Lorsque le scénario indique enfin qu'il est humain et non un fantôme, en faisant de lui une victime de l'inexorable hasard et de la violence de la vie, dont il était l'incarnation évidente pendant la majeure partie du film, je suppose que les Coen se rétractent partiellement : Ne nous prenez pas au sérieux, nous ne sommes vraiment pas si fatalistes. Mais c'était trop peu, trop tard pour moi, et en plus, je connais trop bien les Coen. Ils arrivent toujours à m'énerver d'une manière ou d'une autre.

 

Lis un peu écriture risquée.

 

**** Le Scaphandre et le Papillon
Lumineuse et tournée avec beaucoup d'imagination, cette étude sur la façon dont une victime d'AVC paralysée apprend à recommuniquer avec ses amis et sa famille et finit par écrire un livre à ce sujet, parvient à inspirer sans manipuler le public ni faire preuve de condescendance envers le personnage en lui permettant de se complaire dans l'apitoiement. En fait, une chose constamment mémorable chez lui est sa capacité à rire de lui-même. De tous les films nominés pour le meilleur film cette année, celui-ci a été le plus satisfaisant pour moi.

**** Loin d'elle
Je n'aurais même pas besoin de voir les autres performances nominées pour donner mon vote à... Julie Christiedont la grâce personnelle et la possession de soi informent sublimement son personnage, une belle femme qui développe la maladie d'Alzheimer et doit être placée en institution par son mari codépendant et réticent. Le seul faux pas de la réalisatrice Sarah Polley est une surutilisation banale des flashbacks, mais sinon, il n'y a pas une seule fausse note à trouver dans ce film triste et sage.

3 1 vote
Classement des postes
Subscribe
Avise de
invité
0 Commentaires
Feedback en ligne
Voir tous les commentaires
0
Qu'en penses-tu ?x
fr_FRFrançais